Le toucher

Le toucher est tellement important tant lors d’un soin que dans notre vie de tous les jours. Mais comment touchons-nous ?

L’une des choses les plus importantes pour toucher de la bonne façon, c’est notre esprit, car si notre esprit n’est pas à la juste place, le toucher peut être très différent, voir agressif.

Commençons d’abord par nous toucher nous-même, parce que si nous ne savons pas nous toucher nous-même, comment pourrions-nous toucher les autres correctement. 

Lors d’un soin, nous devons nous toucher avec l’intention que nous recevons tout ce dont nous avons besoin. Il n’est pas du tout nécessaire d’avoir une intention particulière et précise, du genre « ceci ou cela a besoin d’être guéri » ; en vérité, nous ne savons pas vraiment ce dont nous avons besoin. Nous pouvons croire que nous le savons, mais si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous ne savons pas vraiment… Donc, en plaçant une intention vraiment ouverte, notre esprit et, avec lui, l’énergie sont plus ouverts et ceci permet un meilleur flux d’énergie. Disons par exemple, que vous avez mal au genou. Si vous touchez votre genou avec l’intention que votre genou doit être guéri, vous placez une intention restreinte. ET donc, votre toucher est limitant, parce qu’il est possible que votre douleur au genou provienne de votre nerf sciatique. Et cette situation peut venir d’une tension dans vos reins, elle-même issue d’une colère refoulée… Si nous plaçons une intention plus ouverte lorsque nous touchons notre genou, le soin peut prendre place à un niveau bien plus profond et note toucher devient quelque chose de bien différent.

Dans notre vie quotidienne, nos parents ou la société nous ont souvent dit de ne pas nous toucher nous-même ; nous avons donc créé un mur à travers lequel notre esprit et l’énergie ne peuvent couler. Toucher notre propre corps peut être curatif et libérateur. Mais à nouveau il nous faut le toucher dans le bon état d’esprit. Quel est cet état d’esprit ? C’est un état où il n’y a ni colère, ni inquiétude, ni peur. Un état d’esprit où nous sommes reconnaissants de comment est et se sent notre corps, peu importe comment. Et nous devons associer notre toucher à notre amour et notre compassion innés.

Dès lors, si notre toucher n’est habité par aucune colère, inquiétude ou peur, mais est rempli de gratitude et de compassion, alors nous avons le bon toucher.

En étant pleinement conscient quand nous nous touchons, ce qui veut dire que notre esprit n’est troublé ni par le passé, le présent ou le futur, nous sommes alors pleinement focalisés et ouverts dans notre toucher. Ce type de toucher, parce que nous sommes alors complètement libre, apporte un soin profond, de la paix et même une joie intérieure et de la félicité.

Donc, en sachant et en apprenant comment nous toucher nous-même avec le bon état d’esprit, nous apprenons à toucher les autres lorsque nous pratiquons un soin en posant les mains, ou juste dans notre vie de tous les jours.

Lors que nous touchons quelqu’un lors d’un soin, nous devons le faire en n’étant habité par aucune colère, inquiétude ou peur, mais en étant rempli de gratitude et de compassion.

Parfois, on touche avec une intention précise : que la personne guérisse, sente quelque chose, n’ait plus mal, ou soit heureuse. Mais en réalité, cette disposition d’esprit vient de l’inquiétude et de la peur ; nous pouvons craindre que le client ne soit pas guéri, ne ressente rien, ait encore mal ou ne soit pas heureux. Si notre esprit est libre de toute attente, alors il est complètement ouvert. Dans cet espace ouvert, nous pouvons toucher la personne dans un état d’esprit largement ouvert. Cela veut dire que l’espace est si ouvert que l’énergie peut couler du praticien au client sans aucun obstacle. Cela crée à son tour une profonde disposition d’esprit pour que le soin puisse opérer, et même pour de la joie intérieure et de la félicité.

Lorsque nous commençons à expérimenter ce toucher-là, cela peut nous sembler de prime abord très intime. Dès lors, pour être capable de donner cette sorte de toucher, il nous faut être bien centré et bien ancré. Cette forme d’intimité n’a rien à voir avec le sexe ; c’est plutôt un rappel de ce que la personne qui touche est touchée en même temps elle aussi ! Donc, lors d’une pratique de cette qualité, un soin mutuel est à l’œuvre.

Cette façon de toucher est très importante si nous voulons garder en bonne santé notre relation avec notre partenaire. Parfois il nous arrive de toucher notre partenaire d’une manière distraite, lorsque nous faisons l’amour par exemple. Notre esprit n’est alors ni ouvert, ni focalisé. On pense au passé, au présent au futur… Mais lorsque notre esprit file vers le présent, le passé ou le futur, notre toucher se détériore. A ce moment il est occupé par la colère, l’inquiétude et la peur. Mais si notre esprit est imprégné de gratitude et de compassion, notre façon de faire l’amour peut déclencher des formes profondes de joie intérieure et de félicité qui guériront de nombreuses blessures qui surviennent souvent dans les relations. Quand nous nous touchons ainsi pendant notre rapport amoureux, alors faire l’amour devient magique et guérisseur. Quelque chose de très profond et intime se produit entre deux personnes, une ouverture, une expérience spirituelle, un sentiment de paix et de bonheur intérieur.

Il nous faut donc rester pleinement conscient et focalisé, sans être distrait par le passé, le présent ou le futur. Pour nous aider à acquérir cet état d’esprit qui nous permet d’avoir le bon toucher, nous pouvons pratiquer le yoga, la méditation, le Reiki, le Tai Chi, le Bouddhisme… Tout cela nous aide à focaliser et ouvrir notre esprit. Et, en ayant un état d’esprit largement ouvert, notre énergie commence à couler librement à travers tout notre être, ce qui se traduit par un toucher plein d’amour, de compassion, de félicité et de joie intérieure.


Share/Bookmark

Topics

Related Articles

entry border
Comments
  1. There are no comments for this entry yet.
Leave a Comment

Fields that are marked with »*« are required.